Qu’est-ce que la dystonie?

La dystonie est un trouble neurologique du mouvement qui provoque des contractions et des spasmes musculaires involontaires (intermittents ou soutenus) qui provoquent souvent des mouvements répétitifs et torsions qui peuvent entraîner des positions anormales et parfois douloureuses. Bien que les causes exactes de cette maladie ne sont pas encore bien connues, une mauvaise communication entre le cerveau et certains muscles a été demontrée. La dystonie peut-être primaire ou secondaire. Dans le cas d’une dystonie primaire, il n’y a aucune cause identifiable des symptômes dystoniques tandis que la dystonie secondaire peut-être héréditaire ou causée par un traumatisme physique, une maladie ou des médicaments. La dystonie peut-être localisée lorsqu’elle survient dans une région particulière du corps ou généralisée lorsqu’elle atteint plusieurs parties du corps. Chez l’adulte, la dystonie est souvent localisée et sans cause apparente. Il existe au moins 12 formes de dystonie et les plus fréquentes sont:

Dystonie cervicale (ou torticollis spasmodique).

Cette forme de dystonie atteint la région du cou et provoque des contractions involontaires des muscles du cou et des épaules. Ces contractions peuvent être accompagnées de tremblements et/ou de douleur. On appelle torticollis une rotation de la tête sur le côté, latérocollis lorsque la tête s’incline sur l’épaule, antérocollis lorsqu’elle s’incline vers l’avant et retrocollis lorsqu’elle s’incline vers l’arrière. La dystonie cervicale ne présente aucun danger vital, mais elle peut interférer avec les activités de la vie quotidienne, l’estime de soi et la qualité de vie de la personne atteinte. Cette forme de dystonie est un peu plus féquente chez les femmes et survient généralement entre 30 et 60 ans

Blépharospasme.

Cette forme de dystonie atteint les muscles des paupières et cause la fermeture partielle ou complète de celles-ci. Le clignement normal des yeux devient plus fréquent pour évoluer vers des contractions involontaires et parfois prolongées des muscles des paupières. Les contractions apparaîssent graduellement et peuvent être accentuées par le stress, la lecture, la conduite automobile, la lumière éblouissante ou le soleil. Cette forme de dystonie survient généralement chez les personnes âgées de plus de 50 ans

Dystonie oromandibulaire.

Cette forme de dystonie atteint les muscles de la mâchoire, des lèvres et de la langue. Selon les muscles impliqués, la bouche peut s’ouvrir ou se fermer de façon involontaire. Chez certaines personnes, en plus d’être spontanés, les spasmes peuvent être provoqués par la parole ou la mastication

Crampe de l’écrivain.

Cette forme de dystonie atteint les muscles des mains et des bras. Elle est souvent appelée dystonie spécifique à la tâche ce qui veut dire que les symptômes sont seulement apparents lors de l’éxécution d’une activité particulière. Pendant l’écriture, la contraction involontaire des muscles des doigts et/ou de la main provoque une crispation excessive du stylo, une flexion ou extension du poignet, l’élévation du coude et parfois l’extension d’un ou plusieurs doigts. Selon la gravité de la dystonie, il peut y avoir des mouvements du bras ou de l’épaule et les symptômes peuvent se manifester dès les premiers mots ou après plusieurs lignes. Lorsque l’écriture est terminée, les symptômes disparaîssent. Cette forme de dystonie spécifique à la tâche atteint plus fréquemment les membres de certaines professions comme les enseignants, les comptables ou les musiciens qui ont en commun une sur-utilisation de l’écriture ou de l’instrument de musique (Dystonie du musicien)

Le spasme hémifacial.

Bien qu’il provoque aussi des contractions musculaires involontaires, le spasme hémifacial n’est pas une forme de dystonie mais un trouble neurologique provoqué par une compression du nerf facial. Les spasmes affectent un côté du visage seulement. Les muscles autour de l’œil sont généralement atteints les premiers, puis se propagent pour finalement atteindre le bas du visage. Ils provoquent finalement la fermeture de l’œil, partielle ou complète, alors que le coin de la bouche se soulève. Les spasmes peuvent-être brefs ou soutenus et sont amplifiés par des facteurs tels que le stress, la fatigue et l’anxiété.